Avec vue – Hôtel des Autrices

J’ai tapé le code en bas, la porte vitrée sur la gauche du bâtiment, je suis entrée.
J’ai tapé le code du coffre-fort. Trouvé à l’intérieur une enveloppe à mon nom.
JT Ch 08, étage 2.
Comme un code.
Et puis une clé comme un trésor.
Je suis montée dans l’ascenseur vitré.
Lent.
Très.
Eu le temps de contempler la grille à l’entrée, de retracer mon arrivée. Dans le sable mouillé l’empreinte de mes bottes, des roues de la valise trop chargée.
Le temps d’imaginer ma silhouette qui pousse la valise avant de la tirer, deux roues, quatre, derrière, devant, sur le côté, ce qui fait le moins mal, quel muscle froisser en premier.
Le temps de détailler le carré de pelouse bordé d’arbres,
les flaques marron à leurs pieds,
les chutes de feuilles sur un temps qui s’étire,
les branches déshabillées,
les cimes, non.
L’ascenseur s’arrête.
La porte s’ouvre, je pousse la valise devant moi.
Écriteau Ch 4 à 9 flèche vers la gauche.
Je prends à gauche, vite, tout de suite la porte 08.
M’arrête.
Je ne prends pas conscience de la moquette,
ne compte pas les portes,
une odeur grillée charge l’air et je ne cherche pas d’où elle vient,
mes doigts s’écorchent sur la clé dans ma poche,
mon cerveau tourne en spirale,
c’est peut-être lui qui grille,
girouette :
nord, ouest, sud, est, en face de moi quelle flèche ?

(…)

Lire la suite ici.